Perles du 911

Perles du 911

Vol 93 écrasé près de Shanksville (Pennsylvanie)

A propos des avions dits "vaporisés"

Certains affirment que l'impact près de Shanksville ne correspond pas au crash du Vol 93 du 11 septembre 2001. Pourtant, d'après le commandant Frank Monaco, de la police d'Etat de Pennsylvanie, la largeur du cratère fait 1,5 fois le diamètre du fuselage du Boeing 757 (sans les traces des ailes et de la queue). D'autre part, 95% des restes de l'avion ont été retrouvés ainsi que les 2 boîtes noires.

Un conspirationniste vidéaste prétend mettre en évidence une "manipulation" en comparant avec des photos d'autres crashs survenus de 2000 à 2005 en Inde, Taïwan, Allemagne, Corée du Sud, Soudan, Canada, Nigeria, Pérou et Brésil. Sauf que les photos font apparaître des cas de figure très différents, avec des débris de taille plus ou moins importante et parfois pas plus visibles que ceux du vol 93.

Les accidents aériens ne se ressemblent pas. Les impacts, la taille et la répartition des débris dépendent des circonstances du choc : intention des pilotes, nature de la panne, réserves de carburant, vitesse, angle d'incidence, nature du sol, etc...

Quand le pilote kamikaze du vol 93 a réalisé qu'il n'atteindrait pas la cible - du fait de la contre-attaque des passagers dans le cockpit - il ne lui restait plus qu'à faire piquer du nez l'avion vers le sol, plein gaz, et avec des réserves de carburant. De quoi provoquer un crash d'une rare violence.

 

Sur le Net, on trouve peu de photos de restes reconnaissable :

P200059-1.jpg

Néanmoins, dans les environs, on y retrouve des morceaux de fuselage du Boeing 757 d'United Airlines :

P200061-1.jpg

 

P200063-1.jpg

P200062-1.jpg

51011.jpg

 

Mais aussi des aubes d'un turboréacteur :

P200060-1.jpg

Ainsi que les deux boites noires :

P200065-1.jpg

P200066-1.jpgEt des effets personnels :

775px-P200069-1.jpgPermis de conduire de Ceecee Ross Liles

P200068-1.jpg
Permis de conduire de John M Talignani

 

 

Benne qui a servi à entreposer des débris du Vol 93 :

 

EPA5.jpg


A noter que lors du crash violent et quasi-vertical du jet de Payne Stewart (champion de golf) le 25 octobre 1999, le capitaine Bakke (patrouilleur d'autoroute) avait fait ce constat sur le lieu de l'impact :"Si on ne m'avait pas dit que c'était un crash, je me serais cru dans une décharge publique".

Les autres crashs aériens sont généralement moins violents car, à défaut de pouvoir éviter l'accident (contrairement aux kamikazes), les pilotes ont à coeur de limiter les dégâts et le nombre de victimes par une approche aussi horizontale que possible vers le sol à une vitesse aussi réduite que possible et/ou par un largage préventif du carburant.


Similitudes avec le crash du vol 7908 (Iran, juillet 2009) 

Le 15 juillet 2009, un crash d'une rare violence a fait 168 victimes en Iran, 16 mn après son décollage. Dans le cratère provoqué par l'accident, l'avion semble "vaporisé" :

  • "Pas un seul morceau identifiable. Même pas un doigt intact. [...] Difficile de deviner qu’il s’agissait là d’un Tupolev 154 de la compagnie iranienne Caspian Airlines. Impossible d’imaginer qu’il y avait à bord 153 passagers et 15 membres d’équipage. Tous morts. Il n’en reste que des bouts de chair et d’os"
    (AFP).

  • "L'avion a été complètement détruit et est en petits morceaux", a expliqué le colonel Massoud Jafari-Nassab, chef de la police de la province de Qazvin.

Ils ont aussi trouvé des pièces d'identité même pas brûlées, juste un peu froissés et/ou déchirés, mais parfaitement identifiables :

Dans la vidéo ci-dessus, Carole Gaessler commet l'erreur journalistique de parler « d'explosion en vol » alors que les témoins sur place indiquent un crash au sol (plus plausible vu l'importance du cratère). C'est l'occasion de jouer au « truther », adepte de la méthode hypercritique, et qui se dit troublé par le peu d'éléments mis à la disposition du public sur le vol 7908 : 

 

  • On ne voit que le carénage d'un réacteur. Où sont passés la turbine et le compresseur ?
  • Où est passé l'autre réacteur ?
  • Où sont passées les ailes ?
  • Où est passé le fuselage ?
  • Où sont les corps des victimes ?
  • Comment peut-on retrouver des pièces d'identité miraculeusement intactess, alors que les 2 boîtes noires nettement plus solides ont été retrouvées en très mauvais état ?
  • Pourquoi la journaliste Carole Gaessler a-t-elle parlé d'une explosion en vol ? Pourquoi tous les autres médias ont omis d'indiquer cet élément d'information majeur ? L'avion aurait-il été abattu par un missile ?
  • Y avait-il des opposants au régime iranien à bord de cet avion ?
  • Une commission d'enquête indépendante sur cet accident a t-elle été créée ?
  • Les numéros de série de pièces retrouvées ont-ils été vérifiés pour authentifier cet avion ?
  • Pourquoi certaines pièces de l'avion semblent avoir été simplement posées sur le sol ?

C'était la minute de délire...


Le Tupolev 154 du vol 7908 était du même gabarit que celui du Boeing 757 du Vol 93, qui s'est écrasé le 11 septembre près de Shanksville (USA).

La comparaison avec le Vol 93 n'a pas pour but de jeter la suspicion sur la réalité du vol 7908. Mais cet exemple parmi d'autres montre qu'il faut se méfier des raisonnements simplistes, et que l'idée que des objets peuvent être éjectés au moment d'un choc et se trouver ainsi hors de portée des flammes n'est pas si farfelue...


Similitudes avec le crash du vol 4U 9525 (France, mars 2015)

 

Le 24 mars 2015, un Airbus A320 de la compagnie low cost Germanwings, filiale de Lufthansa, s'est écrasé dans les Alpes du sud française contre un flanc de montage, avec une rare violence à 700 km/h. L'avion sera mis rapidement hors de cause, la boite noire CVR ayant révélé que le copilote s'est enfermé dans le cockpit, et parce que ce dernier a volontairement amorcé une trajectoire descendante de l'avion.

 

Sur les lieux du crash, les seuls débris vraiment reconnaissables ont été des morceaux du fuselage et de la queue de l'avion et une roue de train d'atterrissage :

 

Fuselage Vol 9525 .jpg

il-ne-reste-rien-de-l-airbus-a320-germanwing-qui-s-est_1368784_667x333.jpg

crash_epa-maxppp_sebastiennogier_640.jpg

640_germanwings.jpg

 

Les témoignages sur place confirment le peu de restes identifiables :

«Il n'y a plus rien ! Tout est désintégré. On a du mal à s'imaginer qu'il y avait là, un avion avec 150 personnes à bord, désormais réduites à l'état de poussières. Il ne reste rien ou si peu», témoigne Laurent Jaunatre pourtant rompu aux opérations de sauvetage en montagne les plus meurtrières comme les avalanches. «Les corps n'existent plus. C'est difficile à admettre pour nous et ça le sera aussi pour les familles à qui il faudra expliquer cette tragédie et cette absence», continue celui qui depuis vingt ans parcourt le massif des Alpes pour «porter secours».

Le Parisien, 25 mars 2015.

"Aucune grosse pièce, selon le cameraman qui a pu filmer ces images"

"Finalement, c'est un petit couloir, et ça doit faire la taille d'un terrain de foot. Et pourtant il n'y a pas la queue de l'avion, ou un moreau d'aile, ou un train d'atterrissage ou un réacteur. On n'a vraiment rien vu que des petits, très petits débris, et c'est ça qui était le plus incroyable. Il n'y a pas spécialement de point d'impact".

LCI, 24 mars 2015


Voir aussi :

 

Vous recherchez ? :



30/12/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser