Perles du 911

Perles du 911

Effondrement final avec les noyaux des Tours Jumelles

Certains racontent que les effondrements des Tours Jumelles ont commencé par l’intérieur et par le sous-sol.

 

Mais les images ci-dessous montrent exactement le contraire. Pour chacune des tours, on peut observer que les planchers et la structure périphérique se sont effondrés en premier.

 

Effondrement du WTC1


WTC08-46_wtc1spiretodustjg4.jpg

Certains affirment juste en observant cette séquence de photographies que le noyau s'est "évaporé". Cette vidéo montre que le noyau est tout simplement tombé :

L'impression d'évaporation est provoquée par le dégagement de poussières. On observe également l'oscillation des longs poteaux isolés de la structure du noyau. Ces oscillations sont dues à l'élasticité de l'acier.


site1074.jpg

wtc1peelingcorecropped.jpg

wtc-74_1_small.jpg
(source)

WTC1_ABC_MChrleswrthALTZOOMNISTDub3_46.jpg

 

 Effondrement du WTC2


wtc2core.jpg

wtc-43_1_small.jpg
Après effondrement des planchers et de la structure périphérique,
on observe très nettement le noyau subsistant sur la moitié de sa hauteur.
(source)

wtc-44_1_small.jpg
Quelques secondes plus tard, le reste du noyau a disparu.
(source)


WTC South Tower Core Collapse -- Compilation

 

A propos des ruptures de liaison entre poteaux du noyau :

 

Certains s'étonnent que les ruptures ont eu lieu précisément au niveau des joints soudés bout à bout entre les colonnes, sous-entendant que ces ruptures auraient été provoquées par des "charges explosives". Ils s'appuient sur le résultat de ce test de résistance mécanique d'une soudure bout à bout de rail :

 

rail_test_.jpg
Sollicitation mécanique du rail jusqu’à rupture (source)

 

Le cas du rail est-il transposable au domaine de la construction métallique dans le bâtiment ? Absolument pas ! Et pour plusieurs raisons :

 

1) Pour répondre aux exigences de résistance mécanique, le soudage des rails bout à bout est réalisé à pleine pénétration. Le procédé par aluminothermie (utilisant de la thermite) est facile à mettre à oeuvre sur ce type de composant :

 

Mise en place d'un moule sur rail

 


Préchauffage du rail

 


Soudure sur rail

 

2) Dans le domaine du bâtiment, les soudures ne sont pas réalisées à pleine pénétration. Comme le montrent ces photos de poteaux du noyau des Tours Jumelles, les soudures n'apparaissent qu'au tiers de leur épaisseur et que sur deux membrures, ce qui explique pourquoi la structure est davantage vulnérable au niveau des liaisons entre poteaux :

 

Soudure1.jpg

 

Soudure2.jpg

 

Les soudures à pleine pénétration sont du domaine de la chaudronnerie et de la tuyauterie.

Une tenue mécanique des cordons au moins égale à celle des poteaux des tours nécessiterait l'application de procédures lourdes, chronophages et d'un coût prohibitif :

    • Le chanfrein étant traversant, les pièces à assembler doivent être positionnées sans contact, correctement ajustées en face l'une de l'autre et solidement fixées, ce qui complique la préparation avant soudage ;

    • Le volume du métal d'apport nécessaire pour combler le chanfrein et la durée de réalisation de la soudure augmentent considérablement avec l'épaisseur des pièces ;

    • Le soudage à l'arc à électrodes enrobées nécessite une préparation des électrodes afin de prévenir le risque d'absorption d'humidité par l'enrobage, et donc de fissuration de la soudure. Selon le type d'enrobage, on réalise soit un étuvage préalable de ces électrodes à 300°C pendant 2 heures puis leur conservation dans des étuves portatives à 120°C jusqu'à leur utilisation, soit une conservation dans un local chauffé avec une humidité relative < 60%.

    • Les soudures doivent être contrôlées à 100 % par du personnel certifié. Deux méthodes sont utilisées : la radiographie industrielle (pour ne pas interrompre le chantier, les tirs sont généralement effectués de nuit. Le balisage d'un périmètre de sécurité important est nécessaire pour ne pas exposer le public aux rayonnements ionisants au-dessus du seuil réglementaire) et les ultrasons.

    • En cas de détection de défauts de soudage susceptibles d'affecter la tenue mécanique de l'assemblage, on réalise un affouillement du cordon qui peut aller jusqu'à la limite du chanfrein voire légèrement au-delà, jusqu'à élimination du défaut. Puis on recharge le cordon et on refait les contrôles...

    • De telles soudures sans défaut (ou presque) sont réalisables par du personnel spécifiquement qualifié, expérimenté et très demandé...

    • En outre, un préchauffage et un traitement thermique après soudage peuvent être nécessaires pour éviter des transformations métallurgiques risquant d'affecter les caractéristiques mécaniques de l'assemblage et/ou de provoquer de la fissuration.

(Remerciement à Kezako, membre du forum de Reopen911, pour cette oasis de bon sens perdue dans l'immensité de la bêtise conspirationniste)

 

Voir aussi :

 

Vous recherchez ? :

 



19/12/2013
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser