Perles du 911

Perles du 911

Comparaison douteuse avec le crash du bombardier B-25 sur l'Empire State Building

Les réalisateurs de la vidéo Loose Change 2 citent le crash du bombardier B-25 Mitchell contre l'Empire State Building en 1945, pour soutenir que les Tours Jumelles WTC1 et WTC2 n'auraient pas dû s'effondrer suite aux crashs des Boeing 767 le 11 septembre 2001.

 

Voici une vidéo de l'accident, tel qu'il avait été présenté à l'époque :

 


Les dégâts infligés à l'Empire State Building ont été relativement légers, compte-tenu du petit gabarit du B-25 par rapport à celui d'un Boeing 767-200ER :

  • une masse maximale quasiment dix fois inférieure,
  • une capacité maximale de carburant 25 fois moindre,
  • une envergure moitié moindre,
  • une vitesse de croisière moitié moindre.

 


Comparaison des B-25, Boeing 707 et Boeing 767-200ER (sources : FEMA et Wikipedia)


Comparaison des énergies cinétiques :


Indépendamment du pouvoir incendiaire, la capacité destructrice d'un avion dépend de son énergie cinétique, donc de sa masse et du carré de sa vitesse au moment du crash :

 

 

Pour un vol transcontinental après décollage, la quantité de kérosène transportée par les Boeing 767 au moment des crash est estimée à 10.000 gallons, soit 37.850 l, soit environ 30 tonnes. Le poids à vide d'un Boeing 767-200ER est de 82.380 kg. Compte-tenu des faibles taux d'occupation dans les Vols 11 et 175 (respectivement 92 et 65 occupants), on peut estimer raisonnablement à environ 120 tonnes le poids de chacun des Boeing 767 au moment des crashs. Ce qui permet de calculer les énergies cinétiques :


Vol 11 : 1/2 x 120.000 kg x (750.000 m/h / 3600 s/h)= 2,6 x 10joules

Vol 175 : 1/2 x 120.000 kg x (850.000 m/h / 3600 s/h) = 3,3 x 10 joules

 

A comparer avec le cas du petit bombardier B-25, en prenant l'hypothèse la plus défavorable (masse et vitesse maximales) :


B-25 : 1/2 x 19.000 kg x (438.000 m/h / 3600 s/h)= 0,14 x 10joules

 

Autrement dit, en terme d'énergie cinétique, la capacité destructrice d'un bombardier B-25 est d'au moins 20 fois inférieure à celles des Boeing 767 qui ont percuté les Twin-Towers...


Comparaison des pouvoirs incendiaires :

 

La quantité de carburant déversée par le B-25 sur l'Empire State Building est d'au moins 10 fois inférieure à celle déversée par les Boeing 767 contre les Tours Jumelles.

Comparaison des impacts :

Il suffit d'observer les impacts sur les façades des bâtiments (qui ont des largeurs à peu près semblables) pour s'apercevoir que celui provoqué sur l'Empire State Building est nettement plus faible, ce qui n'a rien de surprenant vu la différence de gabarit entre le bombardier B-25 et le Boeing 767 :

 

 

 

Comparaison des structures des bâtiments :

Les colonnes de l'Empire State Building sont renforcées avec du béton, ce qui un gage de protection contre les incendies, comme l'illustre le cas de la Tour Windsor de Madrid :

Les Tours Jumelles étaient à structure d'acier. La protection anti-incendie était assurée par une couche ignifuge, qui a été soufflée au niveau des impacts des avions. Des poutres d'acier ont ainsi été mises à nu et exposées aux flammes.

 

Comparaison avec le Boeing 707 :

 

Le Boeing 707 est plus léger, plus rapide, et d'une envergure inférieure à celle d'un Boeing 767. Mais admettons que ces deux avions ont un gabarit équivalent... 

 

D'après l'ingénieur en génie civil Leslie E. Robertson, les architectes avaient envisagé un scénario avec l'avion le plus gros de l'époque, un Boeing 707, volant à basse altitude, à vitesse réduite, et perdu dans le brouillard. Donc l'énergie cinétique des 2 Boeing 767 lancés à pleine vitesse était beaucoup plus importante que celle qui était envisagée.

Conclusion :

La comparaison des crashs des Boeing 767 sur les Tours Jumelles avec celui d'un petit bombardier B-25 sur l'Empire State Building est plus que douteuse, les avions étant de gabarits non comparables et les bâtiments structurellement différents.

 

Et quoi qu'il en soit, les Tours Jumelles ont bien résisté aux chocs provoqués par les Boeing 767. C'est l'effet combiné avec l'incendie qui a amorcé les effondrements.

 

 

Vous recherchez ? :

 



17/12/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser