Perles du 911

Perles du 911

Guillaume Dasquié vs Ministère de la Défense

 

Interview de Guillaume Dasquié, journaliste d'investigation. Par Paul Amar, France 5, décembre 2007.

A l'origine des ennuis judiciaires de Guillaume Dasquié, il y a son article paru dans « Le monde » du 16 avril 2007 intitulé « 11 septembre 2001, les Français en savaient long ». L'auteur raconte qu'il a pu consulter un rapport de la DGSE indiquant que les services secrets français avaient prévenu leurs homologues américains d'un détournement d'avion possible dès janvier 2001. Cet article provoqua la colère de Michèle Alliot-Marie qui a engagé des poursuites pour "compromission du secret de la défense". 

Perquisitionné puis mis en garde à vue, Guillaume Dasquié finit par céder aux pressions du sous-directeur de la DST lui demandant le nom de son informateur. Il échappe ainsi à plusieurs mois de prison préventive, qui auraient de toute façon débouché sur son acquittement grâce à l'article 109 du Code de Procédure Pénale.

Cette forme de censure exercée par les autorités françaises est scandaleuse, et une mise en conformité du droit français avec le droit européen devrait à l'avenir empêcher un tel procédé de se reproduire.

Cette vidéo est recyclée par certains à des fins de propagande conspirationniste. Guillaume Dasquié n'a pourtant rien d'un conspirationniste, il le montre entre autres avec son livre L'Effroyable mensonge mettant en garde contre les élucubrations de Thierry Meyssan.

Il dénonce aussi l'ambigüité des relations des USA avec les Talibans de janvier à août 2001, essentiellement pour des raisons énergétiques, ce qui ne fait pas pour autant du gouvernement américain le responsable d'un supposé complot interne relatif aux attentats du 11 septembre 2001. Comme l'explique Fiammetta Venner, auteur de L'effroyable imposteur, les conspirationnistes prennent un bout de réalité et en font tout un délire.

 

Vous recherchez ? :



31/12/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser